Compétitif ou performant?

Elisabeth Starenkyj

11 août 2019

-

Dans notre tête

Partagez cet article

C’est une question que je pose souvent car il s’agit pour moi de deux notions bien distinctes : le performant est motivé par ce besoin de toujours aller plus loin, la réussite collective et la livraison d’un résultat, alors que le compétitif se compare (aux résultats du dernier quart, à l’autre équipe, à la compétition…), dans un esprit de concurrence. Être compétitif ne veut pas nécessairement dire être performant! Et performant, ne veux pas dire que l’on n’a pas un esprit de compétition! L’idée, c’est d’identifier notre moteur intérieur, celui qui motive nos actions. Qui nous permet de continuer même quand il faut faire preuve d’effort.

La performance (ou le grit), c’est l’idée d’atteindre ses objectifs et de se surpasser. How the Best of the Best Get Better and Better, un texte bien imagé du Harvard Business Review, énonce à cet effet que le performant possède les qualités qui font la différence entre un athlète de haut niveau et un athlète olympique. C’est-à-dire que là où le compétitif cède au découragement, en se disant qu’il n’arrivera pas à gagner, le performant verra des opportunités et trouvera des solutions pour livrer. En mode recrutement, il faut tenir compte de ces différences qui définissent le talent mais aussi une culture organisationnelle ou d’équipe. 

Cas fascinant chez un client

Le département marketing d’un client avec qui nous travaillons est constitué d’une vingtaine de personnes parmi lesquelles près de la moitié sont des athlètes d’élite. Des gens que rien n’arrête : ni les difficultés, ni la complexité, ni la compétitivité. Leur énergie est axée sur le dépassement et cela appelle un certain type de gestion, tout en profilant un certain type de candidat. Dans le cadre d’un recrutement, il faudra comprendre ces dynamiques. Car chez ce client particulièrement, l’expert technique qui n’est pas en mode communication avec les autres expertises ne survivra pas ou le profil qui n’est pas motivé par le dépassement des idées, des objectifs, trouvera la pression naturelle de ce genre de contexte très difficile à supporter. On assistera à un « clash » ou à un mauvais casting au niveau de l’arrimage culturel.

Se connaitre et s’assumer

Quand les gestionnaires se connaissent, s’assument et se révèlent à nous authentiquement, on arrive à faire de meilleurs arrimages avec les candidats. Un client qui nous dit : « je me connais, je suis impatient, je ne peux pas répéter trois fois » nous guide vers du talent débrouillard et autonome. Dans le cas de cette entreprise en technologie, l’apport de l’arrimage culturel est fascinant car il permet à cette compagnie, qui mise sur la notion de performance, de s’outiller pour se bâtir une équipe qui révolutionnera – rien de moins! – son secteur d’activité.

Compétitif ou performant? Selon le rôle, il est avantageux d’être plus un ou plus l’autre. 

Toutefois, aujourd’hui, les deux profils auront besoin d’être ouvert à apprendre, à pratiquer, et faire preuve de positivisme pour…. réussir à leur plein potentiel!

Au rayon lecture, voici d’autres ouvrages m’ayant inspirée :

Greatness Doesn’t Start With Work/Life Balance – It starts with hard work and a passion for the business

Grit: The power of passion and perseverance

Hyper performants mais pour combien de temps?

«Pourquoi voulez-vous cet emploi?» ou la question de l’intervieweur interviewé!