Eric Desaulniers – Président de Nouveau Monde Graphite

20 mai 2019

-

En tête à tête

Partagez cet article

 

 

En tête à tête avec Eric Desaulniers, Président depuis 2011 de Nouveau Monde Graphite, une société d’exploration minière qui détient des propriétés dans la province de Québec. .

 

1 . À votre avis, quels sont les facteurs vous ayant mené à la présidence de Nouveau Monde Graphite ?

En tant que géologue physicien, on peut dire que je n’étais pas nécessairement prédestiné à devenir PDG. Mais mon expertise et mon audace m’ont amené à miser sur de nouvelles technologies pour explorer un secteur sous-estimé du sous-sol québécois. Résultat : un gisement de graphite de classe mondiale !

J’ai fondé la compagnie et j’ai été seul pendant un bon moment avant de pouvoir m’adjoindre d’une équipe et de voir le projet prendre de l’ampleur. Ça ne s’apprend pas à l’école le métier de CEO. On voit en occupant la fonction si on aime ou pas et surtout, si on est compétent et si notre équipe nous suit.

Autour de moi dans l’entreprise, j’ai des gens qui ont des trentaines d’année d’expérience dans des métiers très spécialisés. Quand je vois leur profil, je me rends compte que je suis différent. Pas meilleur, mais bien différent au sens où j’ai une personnalité qui peut soutenir beaucoup de pression et qui est très intéressée par tous les départements de l’entreprise. Je suis un généraliste ! Je pense que pour être PDG, il faut s’intéresser à tous les volets de l’organisation : autant les communications, que l’exploitation de graphite et les ressources humaines. Autrement, on a des PDG malheureux et ça paraît quand un PDG est malheureux et désintéressé. Il devient malheureusement incompétent.

2. Que signifie pour vous le succès professionnel ?

Le succès, au niveau personnel pour moi, c’est l’équilibre travail/famille et le bonheur que l’on tire du fait de rentrer travailler au quotidien. Ça me rend également très heureux de constater l’importance que les gens accordent au projet à Saint-Michel-des-Saints et de voir mes enfants emplis de fierté quand ils viennent sur le site ou que l’on visite l’usine Tesla en famille.

Au niveau professionnel, je ne considère pas qu’on ait encore atteint le succès corporatif. Les deux prochaines années seront cruciales pour vraiment donner vie à notre vision, générer des profits et offrir un retour intéressant à nos investisseurs. Avec l’équipe d’experts spécialistes qu’on a montée, j’ai confiance qu’on atteindra nos objectifs. L’équipe en soi, tant au niveau du CA, des actionnaires, de l’exécutif et des employés de l’entreprise, est une réussite humaine qui nous mènera au succès commercial.

3. Qu’avez-vous appris sur vous-même depuis que vous dirigez ?

J’ai appris que j’ai besoin de me renouveler chaque année ; c’est quelque chose qui me passionne. De 2012 à 2015, j’étais en exploration minière, à la recherche de financement pour trouver un gisement. Quand on l’a trouvé, on est entrés dans une autre étape de développement et d’expertise à développer en faisant entrer dans l’équipe des gens spécialisés. Chaque étape nécessite que je change un peu de carrière et ça fait vraiment mon bonheur. Un projet minier prend en moyenne douze ans à développer. Dans notre cas, on va le compléter en sept à sept ans et demi mais ce sera un parcours du combattant. Je sais que je vais devoir continuer à me développer et me réinventer comme c’est le cas par exemple quand je recrute un VP construction qui travaille depuis 21 ans chez ArcelorMittal. Il faut que je sois compétent quand je lui parle et qu’il apprécie travailler chez nous, porté par la vision et l’expertise de l’entreprise.

J’ai aussi réalisé – et on me le dit souvent – que ma qualité première est d’être résilient. Quand il ne reste qu’un montant dans les 5 chiffres dans le compte de banque de Nouveau Monde Graphite, par exemple, il faut rapidement se remettre en mode financement, garder le cap et continuer de travailler fort. Il ne faut pas se laisser décourager par les défis. C’est arrivé à quelques reprises que les choses auraient pu s’arrêter là, comme cela, mais j’ai toujours foncé en me relevant les manches. Je sais aujourd’hui qu’on peut surmonter pratiquement n’importe quel obstacle.

4. Qu’est-ce qui vous motive et vous inspire au quotidien ?

En ce moment, on est vraiment chanceux parce qu’on sent que l’entreprise et le projet sont supportés par beaucoup de gens qui ont espoir en ce que l’on fait. C’est ce qui fait que je me lève pour aller travailler le matin. Les grands défis de croissance me motivent aussi. C’est important non seulement pour que nos actionnaires profitent de leur investissement, mais pour que l’économie se renouvelle par la création d’emplois. Nous sommes privilégiés d’avoir au Québec un leadership et des acteurs publics et privés qui embarquent dans cette mission d’électrification des transports dont découlent concrètement nos activités avec l’extraction et la transformation du graphite naturel à paillettes. On a des investisseurs fantastiques qui veulent continuer d’investir davantage et on a un projet minier qui peut se targuer d’être bon pour la planète. Car notre projet va servir à réduire les gaz à effets de serre de 95 % quant au matériel qu’on va fournir aux fabricants de batteries lithium-ion. On s’inscrit dans une économie circulaire, responsable et durable : ça c’est la plus grande des inspirations !

Samuel Watts – Président-directeur général de Mission Bon Accueil