Anne-Marie LaBerge
Vice-présidente principale, Marques mondiales et Communications chez BRP

10 septembre 2021 - En tête à tête

En tête à tête avec Anne-Marie LaBerge, Vice-présidente principale, Marques mondiales et Communications chez BRPune gestionnaire animée par les gens et les nouveaux défis qui croit en l’importance dune communication pertinente, transparente, claire et concise. 

1. Depuis que tu es gestionnaire, qu’as-tu appris sur toi-même? 

Que j’étais plus résiliente que je ne le pensais ! Chez BRP, j’ai découvert ma capacité de transformer, bâtir… et la COVID-19 est arrivée. Pendant ces mois-là, j’ai fait beaucoup d’introspection. Je croyais me connaître, mais j’ai réalisé que mon courage, ma capacité à voir le verre à moitié plein, et ma capacité à soutenir les équipes étaient des forces que j’avais toujours eues. Avec la crise, elles se sont révélées encore plus solides. 

Selon moi, la résilience, ce n’est pas simplement de survivre à une situation. Être résilient, c’est également être en mesure de continuer à bâtir l’entreprise, les équipes et son leadership, malgré la situation ou le contexte. Survivre c’est une chose, mais grandir s’en est une autre.  

2. Quelle est l’innovation la plus intéressante que ton organisation ait menée en cette période tumultueuse? 

Lorsque je suis arrivée chez BRP, il y a cinq ans, nous avions un travail à faire pour identifier notre raison d’être et nos valeurs. Pour nous, il n’était pas question de faire des rencontres de réflexion formelles. Nous voulions aller directement sur le terrain, aller à la rencontre de nos équipes pour identifier les traits communs existants. Aujourd’hui, ces traits sont devenus nos valeurs : la confiance, la passion, l’ingéniosité et la détermination. Bien vivantes et présentes, ces valeurs, qui sont notre ADN, nous ont permis de nous en sortir et d’innover durant la pandémie.  

BRP est une entreprise qui innove continuellement. Au cours des cinq dernières années, nous avons lancé une multitude de services et de produits. Malgré les montagnes russes que nous avons vécues dans les derniers mois, nous avons, par exemple, pu déterminer que le power sport est le nouveau sport en vogue. Nous avons lancé de nouveaux produits dans toutes les catégories et livré des résultats records. C’est vraiment incroyable d’avoir réalisé tout cela pendant une pandémie mondiale ! Nos équipes sont de vrais super héros. Malgré certains enjeux d’approvisionnement, nos équipes ont su faire preuve d’ingéniosité et la promesse que nous avons faite à nos consommateurs a été livrée.  

3. Qu’est-ce qui t’inspire et t’anime au quotidien en ce moment? 

En ce moment et toujours : ce sont les gens !  

J’aime le monde. J’aime investir dans les gens, les voir réussir, et être là, même quand c’est plus difficile. Et chez BRP, je pratique ce muscle en permanence.  

La deuxième chose qui m’anime : la transformation.  

Dans les dernières années, j’ai eu la chance de transformer le marketing, le numérique, les équipes, globaliser la fonction marketing… et plein d’autres éléments à haut impact pour BRP. En cinq ans, BRP a doublé de taille et ses revenus. Nous vivons une vélocité de transformation incroyable.  

Et finalement, ce qui me pousse à me lever tous les matins : le désir de gagner !  

Oui, chez BRP, nous sommes compétitifs. C’est un trait commun chez les employés. Nous voulons être dans l’équipe gagnante, être les « best in class » et ça, dans toutes catégories confondues. Que ce soit au niveau de la transformation numérique, la gestion des marques, l’expérience client, nous travaillons tous les jours à être les meilleurs.  

4. Que signifie pour toi le succès professionnel? 

Le succès pour moi, c’est de me lever, tous les matins, excitée de faire ce que je fais.  

Il n’y a rien de sorcier dans le succès, il suffit d’être heureux. Et surtout, un leader heureux, transmet sa bonne humeur aux autres, aux équipes. Aujourd’hui, dans ma carrière, je ne fais plus les choses par devoir, mais par passion. Les leaders ont un apport direct dans l’indice de bonheur des équipes. Bien qu’il m’arrive d’avoir de moins bonnes journées, et bien que cela ait un impact sur mes équipes, j’essaie de garder le sourire malgré tout. 

5. Que souhaites-tu léguer à titre de Vice-présidente principale, Marques mondiales et Communications? 

Je souhaite que les gens se souviennent de l’importance d’une communication pertinente, transparente, claire et concise.  

Je suis convaincue que pour être un bon leader, il faut être un bon communicateur. Et je ne parle pas d’être un bon orateur, mais bien d’être quelqu’un qui sait partager la bonne information au bon moment. Quelqu’un qui est capable d’avoir des conversations difficiles, mais essentielles, qui sait donner de la rétroaction constructive, et qui a un esprit de synthèse. C’est cette approche que je souhaite léguer.  

L’autre élément que j’aimerais laisser, c’est le sens de l’humour ! Dans les dernières années, j’ai réalisé à quel point il est indispensable de dédramatiser une situation, de ne pas trop se prendre au sérieux, bref, d’avoir l’humilité de pouvoir rire de soi-même. J’aime penser que j’apporte une certaine légèreté au quotidien. Ça m’aide dans la gestion du stress et de l’anxiété. Sans cette bonne humeur et humilité, je n’aurais pas pu relever le plus grand défi de ma carrière. Je suis extrêmement fière de ce que BRP a accompli et de ce qui s’en vient.  

Quand la bouche sourit, ton cœur aussi! 

Partagez cet article

Nos articles récents